Perpignan : le poste de police de la Cigale reste ouvert

Perpignan : le poste de police de la Cigale reste ouvert

Ce n’est pas un combat nouveau, mais c’est désormais une guerre politique qui se joue entre Hermeline Malherbe, la présidente socialiste du département des Pyrénées-Orientales et Louis Aliot, le maire et vice-président de la métropole de Perpignan. Si l’un prône le social, l’autre privilégie la sécurité. Au milieu, un lieu : la Cigale, l’ancien restaurant-bar et glacier, situé aux abords du quartier Saint-Jacques à Perpignan.

Au début de l’été 2019, le Département avait fait l’acquisition de ce lieu, pour en faire un centre d’hébergement pour mineurs isolés et d’enfants placés par les services sociaux. Six mois après, l’ancien maire de Perpignan, Jean-Marc Pujol, avait fait valoir son droit de préemption au nom de la commune, préférant l’implantation d’un poste de police. Un recours qui a finalement été annulé par le tribunal administratif de Montpellier, quelques jours après.

À son tour, Jean-Marc Pujol a fait appel à cette décision. Élu depuis juin dernier, le maire Louis Aliot a décidé de se charger lui-même de la délégation liée à la sécurité et à la tranquillité publique. Plusieurs mesures ont été annoncées le 15 septembre, dont la poursuite de l’implantation de ce nouveau lieu de sécurité, voulu à la disposition de la police municipale et nationale.

Le poste de police reste ouvert

Le dossier étant depuis, dans les mains de magistrats de la cour administrative d’appel de Marseille, le maire de Perpignan, n’a pas attendu pour lancer les travaux et mettre ce lieu en possession des forces de sécurité. Une décision de reclassement du site dans le domaine public communal est finalement tombée le 23 septembre. Le département a donc saisi une nouvelle fois la justice, pour suspendre la mesure de la Ville et demander la restauration de la Cigale.

Le tribunal administratif a rendu une nouvelle décision cette semaine. Si la commune a été condamnée à verser 1500€ au département, l’affectation du bien dans le domaine public a été suspendue et toutes les autres requêtes ont été rejetées, mais le juge n’a pas donné de suites aux injonctions de fermeture. Le poste de police reste ouvert.

« D’autres lieux peuvent être trouvés pour le projet porté par le Département. La sécurité des Perpignanais est une priorité pour nous, d’autant plus dans ce quartier où les besoins se font sentir » précise un proche de la municipalité à 66 NEWS.

Publié le 20/11/2020 à 01:04
Anthony Montardy/66 NEWS